Catalogue des recherches sur la conservation des biens culturels
Accueil
Etudes & Recherches
Organismes demandeurs
Organismes réalisateurs
Recherche détaillée
Aide
Crédits
RECHERCHER
Ministère de la Culture et de la Communication
Etudes & Recherches  (etude_lrmh0105) Export PDF  
Le traitement des structures métalliques dans les maçonneries anciennes (3ème tranche)
  

La corrosion des armatures métalliques dans les monuments anciens engendre des contraintes qui peuvent faire éclater la pierre. Pour trouver des moyens de prévention à ces phénomènes, 3 inhibiteurs de corrosion (P1, P2, P3) prévus pour les armatures dans le béton, ont été testés. Deux milieux d'études représentatifs des électrolytes pouvant être responsables de cette corrosion ont été définis : M1, enrichi en calcium, à pH 8,56 et M2, enrichi en calcium et en sulfate, à pH 7,9. Le comportement et l'efficacité des inhibiteurs ont été évalués. L'analyse des composés à la surface du fer a permis d'appréhender les mécanismes d'inhibition. Après 24 heures d'immersion, les trois inhibiteurs sont anodiques dans M1 aéré et mixtes dans M2. P1 agit par réaction entre les oxydes de fer et les fluorophosphates. P2 réduit la corrosion par adsorption d'un composé organique sur le fer. Dans M1, les phosphates de P3 réagissent avec les oxydes de fer et le calcium et ont un effet inhibiteur alors que dans M2, les phosphates précipitent tous avec le calcium et ne participent plus à l'inhibition. Après 30 jours d'immersion, seul P1 a un degré d'inhibition satisfaisant quelles que soient les conditions. Les trois produits favorisent un développement bactérien qui peuvent être à l'origine de la dégradation des fonctions inhibitrices de P2 et P3 et peut conditionner le fonctionnement de P1 à long terme.
L'application des produits sur le pierre ne doit pas la dégrader, de plus la concentration en inhibiteur atteignant l'armature conditionne son fonctionnement. C'est pourquoi la pénétration et l'impact des produits sur les pierres et les mortiers ont été évalués. Les 3 produits sont rentrés jusqu'à 20 mm dans la pierre imprégnée depuis 5 mois et modifient durablement la porosité et les propriétés de transfert des milieux poreux testés.
Seul l'inhibiteur P1 apparaît efficace dans ce contexte de la préservation des monuments historiques.

Domaine d'application   ─ Restauration
Mot(s)-clé(s)   ─
Classe(s) d'objets   ─ Patrimoine bâti
Objet(s)   ─ Bâtiments (façade, maçonnerie, etc.)
Matériau(x)   ─
Durée   ─ 1 an
Date de notification   ─ 27/08/01
Coût total   ─ 33531
Subvention MRT - C.P.   ─ 18294
Complément   ─ 15237
Source du complément  ─ ENSAIS (fonds propres)
Titre du rapport final   ─ Inhibition de la corrosion des armatures métalliques dans les maçonneries anciennes
Auteur(s)   ─ Murielle BACH
Date de remise   ─ 01/08/02
Nombre de pages   ─ 158
Statut   ─ externe
Support   ─ papier
Publications   ─

Inhibition de la corrosion des armatures métalliques dans les maçonneries anciennes / Murielle Bach / Thèse doctorat : Sciences pour l'Ingénieur. Sciences et Technologies Industrielles : Strasbourg 1 : 2002. Bibliogr. p. 153-157.

Lieu de consultation   ─ Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques
Centre de documentation
Adresse   ─ 29, rue de Paris
77420 Champs-sur-Marne
Téléphone   ─ 01 60 37 77 90
Courriel   ─ centredoc@lrmh.fr
Organisme demandeur  ─ Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques (LRMH)
Resp. programme   ─ Annick TEXIER
Organisme réalisateur   ─ Ecole Nationale Supérieure des Arts et Industries de Strasbourg (ENSAIS)
Resp. programme   ─ Alain Gérard CORNET